Frôler le danger…

 

Si tu n’as pas vécu ce que vivent les fous
Ce que bien avant toi je vivais sans soleil
Ce que l’ombre parfois recouvre de partout
Tout ce qui te détruit et ronge sans pareil

Si tu n’as pas senti au plus profond de toi
Un malaise indicible qui te coupe toute envie
Une honte sans nom qui te montre du doigt
Parce qu’un jour lointain on a volé ta vie

Et si tu n’as jamais perdu le goût de tout
Et le dégoût de tout arboré comme drapeau
Mis à ton étendard le cran comme seul atout
Parce que chaque minute te cisaille la peau

Et si jamais ta vie ne t’a semblée vertiges
Incessants, inlassables, lancinants et profonds
Que tu cherchais en vain un répit sans vestiges
Un repos sans angoisse où les peurs se défont

Si tu n’as pas connu de tunnels sans lueur
De méandres sans failles, d’orages sans abris
Mais des routes bien droites comme des fronts sans sueur
Des chemins sans obstacles et des ciels sans gris

Et si tu n’as jamais côtoyé la torpeur
Au point que tes entrailles ne te brûlent l’esprit
Que ton cerveau ardent ne t’agresse à toute heure
Allant jusqu’à te faire ressentir du mépris

Alors de mon mal être, mon ami, sache-le
Tu n’as jamais connu le quart de la moitié
Et tu ignores même lorsque tu lis mon « je »
De qui il peut s’agir, malgré ton amitié

Va donc, passe ton chemin, et laisse-moi souffrir
Car il vaut mieux sans doute ne pas m’encourager
Dans cette voie sans issue où l’on taquine le pire
Parce qu’on ne peut jamais que frôler le danger

Marc Dagher
(Dépôt SNAC décembre 2014)

Ce contenu a été publié dans Poems. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Frôler le danger…

  1. Haude dit :

    Tourmenté tu es, touchée je suis par ces mots…dont la résonance m a rappelle une touche de ce fameux « IF »…
    Sophistiqué mais fluide, ton style limpide est tres singulier, ta plume est prometteuse et d ici quelques année sera plus qu affutée!J ai hate de lire la suite…

    Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie
    Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
    Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties
    Sans un geste et sans un soupir…

  2. Haude dit :

    quelques annéeS….

  3. Krolland dit :

    j’ai lu et j’ai été touchée au point d’en avoir les larmes aux yeux …..

  4. Tim Tim dit :

    Touchée par la résonance de ces maux .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *